Le conseil des prud’hommes, juge fondée le licenciement de trois salariés d’une entreprise d’ingénierie de Boulogne-Billancourt pour avoir dénigré leur hiérarchie sur Facebook. Donc maintenant les salariés devront faire extrêmement attention à ce qu’ils échangent sur les réseaux sociaux publique.

Le conseil des prud’hommes a estimé que « La page mentionnant les propos incriminés constituent un moyen de preuve licite du caractère bien-fondé du licenciement ». Une décision aberrante pour l’avocat de deux des trois salariés licenciés, maître Grégory Saint-Michel

La frontière entre vie privée et vie publique semble bien mince. La société fait valoir qu’elle n’a pas « violé la vie privée de ses salariés », les propos ayant été échangés « sur un site social ouvert ». Donc désormais, la délation est accepté et encouragé.

ATTENTION !!!!