L’Université de Leicester vient de mettre à niveau son système informatique avec l’installation en juillet d’un supercalculateur, répondant au doux non d’ALICE.

Le système baptisé « ALICE » pour « Avanced Leicester Information and Computational Environnement » serait plus respectueux pour l’environnement malgré une puissance de calcul multipliée par 10. Comme avec n’importe quel ordinateur de bureau, ce supercalculateur produit énormément de chaleur, et cela reste un défi majeur que de maintenir le système au frais. Mais comme la plupart des systèmes de climatisation actuels, ces systèmes sont coûteux et energivores.

Keysource Ltd a conçu lui un nouveau système de refroidissement nommée « Ecofris« , un système de refroidissement par eau un peu comme un radiateur de voiture. Ce système permettrait d’économiser environ 130 000 livres sterling par an et de réduire les émissions de CO2 d’environ 800 tonnes par an.

Le système comprend 256 noeuds de calcul, deux nœuds de connexion, deux nœuds de gestion, et un système de fichiers parallèles à haute performance d’une capacité de 100 TB (TeraBytes). Chaque noeud d’ordinateur possède deux microprosseurs Quad-Core Intel Xeon X5550 (2.67GHz) et 12 Go de RAM, tournant sous le système d’exploitation Scientific Linux 5.4 basé sur une Red Hat Enterprise Linux.

Source : le.ac.uk