Yves-Alain Golaz, jeune trentenaire d’Yverdon qui dispensait tous les mercredis ses câlins gratuits ou «free hugs» en gare de Sion. Mais voila les CFF ne l’ont pas vue du même oeil. « Il y a un mois, nous étions plusieurs à proposer nos «free hugs» et un policier du rail nous a sommés de nous en aller car nous n’avions pas d’autorisation« , raconte Yago, son surnom.

Décidé à continuer il s’est déplacé vers la place du Midi, mais deux semaines plus tard, « Le même agent m’a prévenu que s’il me voyait une troisième fois, il me déférerait au juge. Il m’a accusé de trouble à la propriété des CFF et même de propagande. Il ne voulait rien entendre à mes explications. »

Il s’est alors retourné vers les CFF pour obtenir une explication et une autorisation, L’explication officielle des CFF : « les «free hugs» sont assimilés à une manifestation artistique et toute manifestation de ce type est interdite dans les gares CFF » et également «pour éviter de perturber le flux des voyageurs et pour ne pas donner à d’autres l’idée d’encombrer nos halls». L’autorisation lui a finalement été refusée.»

Mais ce dernier ne se laisse pas démonter. «Je ferai quelques pas pour proposer mes câlins devant la gare, sur la voie… publique.» Du coup il est présent au Montreux Jazz, ou il rencontre un vif succés : « C’est beaucoup plus facile en festivale, car les gens sont ici pour s’amuser ! »

Suite à cette interdiction, un groupe Facebook s’est crée pour soutenir Yves-Alain Golaz. Ce groupe invite à manifester à coups de câlins géants en gare de Lausanne, mais le principal intéressé déconseille l’initiative.

A l’heure actuelle, seule une petite dizaine de personnes ont accepté cette invitation pour le 17 juillet à 17h30 (gare de Lausanne).

Soutenons Yves-Alain GOLAZ : FREE HUGS EVENTS

Source : nfonline.ch